Dimanche 5 décembre 2010, nous avons pu voir au cinéma Agnès Varda, à Beauvais dans l’Oise, le film Water makes money.

Le film montre comment les grandes entreprises privées comme Véolia, Lyonnaise des eaux et autres, qui ont reçu la gestion de l'eau en délégation (Partenariat Public-Privé –PPP) font des profits faramineux aux détriments des consommateurs. Baisse de la maintenance des équipements, augmentation des prix facturés aux usagers, utilisation des profits ainsi constitués pour investir dans d'autres domaines, véolia par exemple est passée de l'eau au transport urbain, à la propreté et à l'énergie : http://www.finance.veolia.com/activites.html

Corruption, collusion entre les délégataires et des élus de droite comme de gauche jusqu'au plus haut niveau du gouvernement. Le Ministre Eric Besson qui a travaillé pour Véolia est toujours au gouvernement. Le film montre la stratégie d'infiltration des cadres de Véolia, dans l'administration Française et vice-versa, mais aussi dans les partis politiques notamment au Parti Socialiste. http://www.eausecours62.org/site/Veolia-et-les-multinationales-de-l

Peut il y avoir quelque chose de pire ? oui, quand des syndicalistes, salariés de Véolia distribuent des tracts contre le retour en régie publique ! voir ici

La qualité de l’eau est un problème crucial, les entreprises privées préfèrent mettre du chlore dans l’eau faisant l’impasse sur le seul objectif à atteindre, celui d’une eau parfaitement pure pour la consommation (objectif pourtant atteint dans des pays comme l’Allemagne), et se prémunissent ainsi contre tous les manquements ou retards dans l’entretien des canalisations.

Alex Nikitchuc, coordination Eau ile de France intervenant du groupe Aquattac, auteur du guide de l'eau et qui a dirigé ce débat, nous a donné les précisions suivantes :

Un grand principe : l'eau paye l'eau. Autrement dit le financement des services de l'eau (réparations, améliorations etc...) doit se faire grâce au règlement des factures des usagers et il doit y avoir une séparation stricte entre le budget communal et le budget de l'eau, l'un ne peut pas servir à l'autre.

Le gouvernement essaie de contourner ce principe en faisant des propositions de lois :

Pour la solidarité des communes

Pour une allocation de solidarité pour l'eau

La gestion de l'eau représente environ 200 milliards d'euros par an en France.

Le seul responsable de la gestion de l'eau dans une commune en est le Maire.

Quelques interventions du public :

Alep, Association de Lutte pour l'Environnement en Picardie http://www.mnle.fr/plan_du_site.htm qui fait partie de la commission consultative des services publics à Beauvais et qui remet en cause la gestion de l’eau par Véolia : 25% de pertes d’eau sur le réseau payées par l’usager. (La ville de Beauvais a rompu son contrat avec Véolia). Le représentant de l’Alep appelle à constituer un collectif beauvaisien pour l’Eau.

Olivier Relotius, directeur de Véolia Eau, centre de l’Eure. qui défend la gestion de l’eau par son entreprise, indique qu’une vingtaine de salariés travaillent en permanence pour entretenir et réparer le réseau. Véolia a effectué 4800 analyses et 2200 interventions. Il ajoute que ce sont les élus des collectivités locales qui décident du prix de l’eau.

Monique Lambert, du groupe EAU, d’Attac Oise, rappelle que à chaque fois que les contrats des délégataires de l’eau arrivaient à expiration ils n’hésitaient pas à baisser leurs tarifs de 20 à 25% pour pouvoir garder les contrats. Preuve que les profits tirés de la gestion de l’eau par les entreprises privées sont très élevés.

Thierry Aury, conseiller municipal de Beauvais, nous parle aussi de la gestion de l’eau à Beauvais et du choix que devra effectuer la municipalité d’un nouveau délégataire de l’eau. Il ajoute que ce ne sont pas les salariés de Véolia qui posent problème mais leurs actionnaires. http://www.elunet.org/spip.php?article16369

Jean-jacques Larive, d’attac oise, donne en exemple le prix de l’eau dans sa commune de Villers saint Sépulcre qui avoisine aujourd’hui les 6 euros du mètre cube et pourrait encore augmenter. comparez   eau_jjl1et eau_jjl_2

Alex Nikichuk nous donne des pistes pour faire notre travail de citoyen : aller dans les mairies, demander à voir les contrats et les avenants, vérifier quels prix et quelle qualité de l’eau doit fournir le délégataire, quelle est la formule du calcul du prix de l’eau ? quel est le montant de la provision pour travaux ? etc… Constituer des statistiques sur le prix de l’eau sur au moins deux ans, se méfier des hommes politiques de droite comme de gauche (ce ne sont que des hommes), faire des expositions, des enquêtes…. Les deux tiers des contrats en cours pour la délégation de l’eau, seront renouvelés dans les 5 à 10 ans.

Constituer un collectif est le meilleur moyen de réussir, en créant pourquoi pas : EauSecours 60.

En 2012, se tiendra à Marseille, le 6ème Forum Mondial de l’Eau, organisé par le Conseil Mondial de l’Eau, (dont l’un des fondateur est René Coulomb Suez Lyonnaise des Eaux) un lobby à la française : http://seaus.free.fr/spip.php?article425 . et qui sera présidé par Loïc Fauchon, président de la SEM, société des eaux de Marseille une filiale de Véolia.

En réponse à cette mascarade, aura lieu au même endroit et à la même date, le Forum Alternatif Mondial de l’Eau, le FAME  qui appelle «  à y exprimer notre contestation et notre refus de la marchandisation de ce bien commun, ainsi qu’à y présenter les réponses sociales, écologiques et démocratiques urgentes qu’appelle la crise mondiale de l’eau. »

Pour des informations supplémentaires sur les problématiques de l'eau :

Attac France : http://www.france.attac.org/spip.php?rubrique43

Les collectifs eausecours suivi du numéro de département.

Le groupe EAU, d'attac oise,

Le film Water Makes Money.