Succès du Forum Social de l'Oise coordonné par l’association ATTAC, qui a réuni plus de 70 participants le vendredi 6 avril 2012 autour du thème de « la dette et la démocratie »

Qui a peur de la vérité ?

Pourquoi le gouvernement de Nicolas Sarkozy refuse-t-il un audit citoyen de la dette publique ? «II faut rembourser la dette », nous répète-t-on matin et soir. « On n’a pas le choix, il faut rassurer les marchés financiers, sauver la bonne réputation, le triple A de la France ». « Il en va de l’avenir de nos enfants, nous vivons au-dessus de nos moyens »…

Et pourtant, écoles, hôpitaux, hébergement d'urgence, retraites, chômage, bas salaires, culture, environnement... nous subissons au quotidien l'austérité budgétaire.

Et le pire est à venir. La charge de la dette représente désormais le premier poste budgétaire de la Nation. Pour 2012, près de 50 milliards d’euros seront versés aux rentiers.

Cette question centrale a disparue de la campagne électorale. Seuls le Front de gauche, Europe écologie les verts et le NPA se prononcent pour un tel audit.

N’attendons pas d’en arriver à la situation de la Grèce. D’ailleurs souvenons-nous que d’autres pays s’en sont sortis en annulant de façon unilatérale leur dette (l’Equateur, l’Argentine).

Le collectif départemental pour un audit de la dette publique a pris différentes initiatives :

  1. Nous irons voir les maires qui nous recontacterons concernant l’endettement des collectivités territoriales (voir le vœu du conseil municipal de Beauvais en annexe).
  1. Nous interpellerons les candidats aux législatives afin de relayer la demande parlementaire d'audit de la dette (Proposition déposée le 29 janvier 2012, pour la création d’une commission d’enquête chargée d’examiner la dette publique).

Pour plus de renseignements, voir le blog d’ATTAC Oise : attacoise.canalblog.com

Annexe :

VŒU présenté par le groupe "FRONT DE GAUCHE CITOYEN» et adopté par le Conseil Municipal de Beauvais à l'unanimité (moins un refus de vote) le 16 décembre 2011.

« - Vu le caractère aléatoire et risqué des emprunts que notre Ville, comme toutes les collectivités territoriales, est amenée à contracter auprès des « marchés financiers »,

- Vu le montant actuel des taux d’intérêt pratiqués par ces mêmes « marchés financiers » (pour notre Ville, les taux moyens des emprunts à taux fixes sont actuellement de 3,77% et les taux moyens des emprunts à taux variables sont de 5,06%) avec un risque annoncé de hausse dans les mois qui viennent,

- Vu l’annonce que la Banque Centrale Européenne va ouvrir des opérations de prêt sur 36 mois en faveur des banques, à un taux fixe de 1% et pour des montants illimités, 

Le Conseil Municipal de Beauvais réuni à l’occasion du vote de son Budget Primitif 2012, demande au gouvernement de prendre toutes les dispositions nécessaires pour que les collectivités territoriales puissent avoir accès à des prêts à un taux d’intérêt de 1% pour le financement de leurs investissements. »