Madame, Monsieur,

Comme j'ai eu l'occasion d'en discuter avec votre président Thierry PATINET je souscris pleinement aux 5 engagements que vous souhaitez que les candidats prennent lors de cette élection.

Bon nombre de ces points figurent d'ailleurs déjà sur la plateforme citoyenne ouizille2017.fr que j'ai mise en ligne pour les législatives.

Je me permets, dans ma réponse, d'insister sur un point que je considère comme particulièrement essentiel parce qu'il nous permettrait de refaçonner la mondialisation. Je veux parler de l'engagement 2 et donc du commerce international.

Le commerce international tel qu'il existe aujourd'hui contrevient à nos valeurs démocratiques.

Alors que nous vivons dans des sociétés avec des standards normatifs élevés tant en matière sociale qu'environnementale, le commerce international organise la mise en concurrence de ces systèmes avec des pays qui ne respectent ni les accords sur le climat, ni la démocratie, ni les conventions les plus élémentaires de l'organisation internationale du travail (OIT). Ce que nous n'acceptons pas chez nous, nous le faisons faire chez les autres. Certains pays émergents sont des havres de pollution et des far west sociaux. Les produits venus de ces pays ne peuvent être soumis à la même fiscalité des importations que les pays respectueux de ces grands équilibres. Les pays émergents n'ont pas à être l'atelier de l'Occident. Ils ont droit - comme cela a été le cas pour les Nations européennes - à un développement autocentré.

Avec les traités de nouvelle génération les choses vont encore un cran plus loin, puisqu'il s'agit non plus pour nos démocraties de régir l'ordre commercial mais à l'inverse pour l'ordre commercial de limiter les possibilités qu'offrent la démocratie. Le cas bien connu de Phillip Morris attaquant l'Australie pour avoir réhaussé son niveau de prévention en matière de santé publique illustre les potentielles dérives d'un tel système. Je me battrai bec et ongles pour que de telles monstruosités juridiques ne rentrent jamais dans notre ordre interne. Soyez en assuré(e).

Je m'inscris donc pleinement en faux avec les propositions du Président de la République sur ces dossiers.

J'aimerais aller beaucoup plus loin dans le détail de ces discussions mais mon agenda de fin de campagne très chargée ne me permets pas de vous faire une réponse plus fournie. Je vous prie de m'en excuser.

Pardonnez le ton de ce message peu formel et assez délié.

Sachez, en un mot, que vos combats sont aussi les miens parce que ce sont les noeuds gordien d'un véritable changement de logiciel et d'une véritable alternative à l'ordre libéral.

N'hésitez pas à m'avertir de vos actions à venir. J'y participerai avec une très grande joie.

Bien cordialement,

Alexandre OUIZILLE